Bonjour à tous,

Comment, on est déjà le dernier jour d'août ? Pas croyable ! Je n'ai rien vu passer...

Enfin si, j'en ai vu quelques uns d'entre vous passer nous voir, et c'était bien sympa !

J'espère que vous avez profité d'un excellent été, et que la rentrée qui approche s'annonce bien : pleine de changement et de nouvelles aventures ;-))

Pour ce retour, j'ai envie de vous parler d'une plante qui a illuminé notre jardin pendant tout l'été. Mon seul regret est de ne pas l'avoir photographiée plus tôt, quand elle était en pleine forme. Tant pis, voici une photo où elle est un peu flappy...

amaranthe - 4

 

Vous la connaissez ? 

C'est l'amarante. La quoi ? Oh, juste une plante cultivée depuis des siècles par les mexicains, et complètement oubliée ailleurs. Et c'est dommage car elle donne une petite graine très riche en protéines de bonne qualité. Et pour arranger le tout, elle pousse très bien dans les sols secs et pauvres... (toute ressemblance avec un certain jardin situé au centre de la France ne serait que pure et fortuite coïncidence !). 

J'ai repiqué de l'amarante à différents endroits du jardin. Elle a poussé à peu près partout, mais elle est clairement plus radieuse dans le mini châssis qu'elle partageait avec les salades : elle a beau supporter le sec, elle apprécie son petit coup d'arrosoir !

Les plants font plus d'un mètre de haut, et en début d'été, il n'était pas rare de voir Malow couché sous les amarantes (sur mes salades donc...). Les salades ont suffoqué (coupable = Malow ou les amarantes ? Peut-être un complot des 2...)

Capture d’écran 2017-08-31 à 20Les feuilles se mangent jeunes, en salade ou cuites comme les épinards. On a essayé, mais c'est trop dur pour moi de couper les feuilles d'une petite plante qui en a bien besoin pour grandir. Et une fois la plante grande, c'est pas vraiment fameux !

Au plus simple, vous pouvez la trouver sous forme de graines dans les magasins bio.  

On peut la cuire comme du quinoa, ou bien la faire germer. J'espère avoir bientôt l'opportunité de vous la présenter préparée.

Pour cela, il faut passer quelques étapes, et d'abord le séchage. A cette fin, j'ai reconverti nos casiers à vin (non pas qu'ils aient perdu tout usage, faites moi confiance ! Mais nous n'avons pas encore reconstitué nos stocks !).

 

amaranthe - 3

Les panicules (la frime !) sont attachés par des crochets sur les barreaux, et je secoue la tour à chaque passage. Le but est de récupérer les graines dans la toile cirée qui tapisse ce vieux tiroir. Dans un 1er temps, ça donne ça :

amaranthe - 1

Et après passage au tamis et un souffle "léger", on arrive à ça :

amaranthe - 2

 

Et il n'y a bientôt plus qu'à déguster !

Bon, le séchoir est un 1er essai rapido, histoire de baliser la route pour la prochaine récolte de graines comestibles, à savoir le quinoa.

Il semble que d'ici quelques temps, il sera prêt à récolter à son tour. Je vous tiens au courant !

Voilà, j'espère que vous allez vous précipiter sur vos livres de recettes (ou internet !) et nous dire en commentaire quelles recettes goûteuses vous avez dénichées à base de graines d'amarante...

amaranthe - 1 (1)

 

Avant de vous laisser à la préparation de la rentrée, je voulais faire un petit clin d'oeil à Sylvain : il y a 2 plantes avec lesquelles je n'ai généralement pas la main verte : les bonsaïs (ils sont tous morts rapidement) et les orchidées (mort plus lente, sans jamais re-fleurir).

Et là, oh miracle, cette magnifique petite orchidée a refleuri en début d'été, et elle est toujours belle ! Merci, c'est du plus bel effet sur le poêle... enfin, tant que le froid n'est pas revenu... !

Bises

Béné