14 septembre 2017

Les freins au passage à une alimentation végétale

jardin - 2

Décider de passer à une alimentation végétale n'est pas une décision facile et anodine et de nombreux obstacles se dressent sur le chemin de la transition...

Annoncez à vos proches que vous avez décidé de passer à une alimentation végétale, et il y a de fortes chances que vous déclenchiez colère ou au moins incompréhension. Considérons qu'il s'agit d'une preuve d'amour !
Aujourd'hui, l'alimentation végétale en France véhicule une mauvaise image, synonyme de privation de plaisir (il parait que la consommation de boulgour ne fait pas rêver, que les carottes et les salades, c'est pour les lapins, et le soja, n'en parlons pas !). Du coup, cette décision qui bien souvent est rationnelle et réfléchie devient une source de complication des relations humaines, que ce soit en famille, entre amis ou dans l'entreprise.

Heureusement, les choses sont différentes dans les autres pays, anglo-saxons notamment, ce qui nous laisse espérer (tout comme le développement de l'offre végétale dans les restaurants), que les choses vont évoluer dans le bon sens.

Une fois cette "épreuve sociale" passée ou acceptée, voyons quels sont les aspects qui peuvent sembler compliqués lors de la transition vers une alimentation végétale.

Afin de ne pas faire n'importe quoi et éviter de se retrouver avec des carences diverses (dont au passage la consommation de produits animaux ne protège pas toujours, ou pas totalement, mais qui sont mis en exergue dès que l'on évoque le fait de les éviter), il va être nécessaire de comprendre quelques principes de diététique et d'équilibre alimentaire.

L'avantage de ce travail est que l'on s'alimente d'une façon plus consciente, et que l'on découvre de nouveaux produits : tout le monde ne connaît pas les graines de Chia, les graines germées, le tempeh ou le seitan, les purées d'oléagineux, ... et surtout leur utilisation en cuisine. Ce sont des choses que je trouve passionnantes à découvrir.

Les craintes de carences sont notamment portées par le discours étatique et médiatique dominant.

En France, les communications de l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) sont plutôt timorées sur l'intérêt de l'alimentation végétale. Et un décret impose la consommation de produits animaux dans les cantines scolaires.

Arrêté du 30 septembre 2011 relatif à la qualité nutritionnelle des repas servis dans le cadre de la restauration scolaire | Legifrance

Vous êtes dans : Accueil> Les autres textes législatifs et réglementaires> Arrêté du 30 septembre 2011 relatif à la qualité nutritionnelle des repas servis dans le cadre de la restauration scolaire

https://www.legifrance.gouv.fr


 A l'étranger, les autorités sont bien moins tranchées et plus ouvertes sur le thème de l'alimentation végétale, certains ayant mis en place une journée sans viande par semaine, et les agences officielle émettent des avis clairement positifs sur l'alimentation végétale.

  • Par exemple, l'American Academy of Nutrition and Dietetics indique que "les alimentations végétariennes et végétaliennes bien équilibrées sont saines et nutritionellement adaptées, et peuvent apporter des bénéfices de santé dans la prévention et le traitement de certaines maladies. Ces alimentations sont appropriées à tous les âges de la vie, y compris la grosses, l'allaitement, la petite enfance, l'enfance, l'adolescence, ainsi que pour les personnes âgées et les athlètes"[$$]. 
    Il en est de même pour le NHS britannique, l'USDA (United State Department of Agriculture), le Conseil National de la Santé et de la Recherche Médicale australien...

    L'absence de prise de position claire des autorités sanitaires françaises rend possible la publication d'articles plus ou moins loufoques dans les médias pour attiser les craintes concernant les alimentations végétales.

    Deux exemples, dont le 1er est le plus absurde car le véganisme n'est pas un régime amaigrissant (et c'est bien plus qu'un régime !), il n'a donc pas sa place dans ce type de comparatif ! (les 6 autres sont des régimes amaigrissants, dont une majorité de type commercial). L'alimentation végétale peut conduire à une perte de poids du fait du rééquilibrage alimentaire auquel il tend et l'obésité est nettement moins fréquente dans le cadre d'une alimentation végétale bien menée, mais je n'ai jamais lu de littérature sérieuse qui mette en avant cet aspect. Et mon expérience personnelle confirme qu'une alimentation végétale "plaisir" ne fait pas du tout perdre de poids si on avait par ailleurs déjà une alimentation relativement équilibrée ! ;-))

    Sept régimes au banc d'essai

    FAIT DU JOUR. A l'approche des vacances, les Français sont nombreux à tenter de perdre des kilos. Etre moins gros fait du bien. Mais pas à n'importe quel prix. Voici notre palmarès. Il y a des moments où l'on pense avoir atteint les limites de l'absurde. Mais non, elles continuent d'être sans cesse repoussées.

    http://www.leparisien.fr

    Et celui-ci, qui sans arguments précis crie au loup, et joue sur les craintes liées aux enfants.

    Mode vegan : pourquoi il faut épargner les enfants

    AVIS D'EXPERT -Ce type d'alimentation conduit les enfants vers des déficiences nutritionnelles dont ils subiront les conséquences tout au long de leur existence. Les adeptes de cette mode dite "vegan" (végétalisme) qui consiste à rejeter tous les produits provenant de l'exploitation des animaux se multiplient.

    http://sante.lefigaro.fr

    Et pour mieux comprendre les tenants et aboutissants de ce type de littérature, plusieurs blogs demontrent le manque de neutralité de leurs auteurs. En voici un exemple :

    Ces 3 nutritionnistes qui nagent en plein conflit d'intérêts

    Cela n'a pas dû vous échapper. Les articles qui décrédibilisent le véganisme sont de plus en plus nombreux, à grand renfort de propos de nutritionnistes pointant du doigt une supposée dangerosité du végétalisme. Récemment par exemple, Le Parisien classait le régime végétalien comme " le plus dangereux " de 7 régimes au banc d'essai et lui attribuait la note de 0,5/10 (après le régime Dukan, #LaGrosseBlague).

    http://www.la-carotte-masquee.com

 Alors quels sont les risques de carence les plus souvent montrés du doigt, et comment y répondre ?

  • Les protéines

    Voir le petit article que j'ai déjà partagé avec vous : il est parfaitement possible de répondre aux besoins du corps humain assez simplement : la combinaison des céréales et des légumineuses est notre amie ! Cette association n'est pas une invention moderne, elle est pratiquée par de nombreux peuples sur tous les continents depuis bien longtemps !

  • Le calcium

    Mais oui bien sûr, il faut manger des yaourts et du fromage pour disposer de calcium. Sinon, c'est l'osthéoporose assurée !
    Pourtant, c'est étrange : c'est dans les pays qui consomment le plus de produits laitiers que l'on constate le plus de cas d'osthéoporose. Une simple coïncidence ?

    Nous avons tous en tête que les produits laitiers contiennent du calcium, mais nous ne savons pas toujours que :
    - ils sont également plus acides que les légumes, ce qui obligerait les reins à puiser dans les réserves de calcium (les os) pour neutraliser cette acidité
    - l'eau, y compris celle du robinet offre un apport non négligeable en calcium
    - pour améliorer notre capacité à assimiler le calcium, il faut de la vitamine D : 15 minutes d'exposition au soleil par jour en été permet de la synthétiser. Et quelque soit le type d'alimentation, un apport complémentaire peut être bienvenu en hiver.
    - il y a du calcium dans de nombreux végétaux : sésame, choux chinois et autres, amandes, soja, brocolis, noix...

    Les produits laitiers, "nos amis pour la vie" ?

    Le lait est-il vraiment une boisson saine ? En 1954, c'était limpide, il fallait en boire pour "être fort, studieux et vigoureux" : Pierre Mendès France, président du Conseil, instituait le verre de lait à l'école, une potion contre la malnutrition.

    https://www.sciencesetavenir.fr
  • Le fer

    Quelque soit le régime alimentaire, la carence en fer, ou anémie, guette. Pour ma part, je l'ai rencontrée bien avant de m'intéresser à l'alimentation végétale, et chez des personnes absolument pas concernées par ce sujet. Les dons du sang sont une occasion de se rendre compte de la fréquence des anémies...
    Et dans ce cas, on vous conseille généralement de manger de la viande rouge. Cliché ! Le fer n'est présent à des teneurs élevées que dans le boudin et le foie de porc ou de veau. A condition que la cuisson ne le dénature pas. En effet, il existe 2 types de fer : héminique et non héminique.
    Par défaut, celui de la viande est héminique, et il est mieux absorbé pas le corps humain. Sauf que la cuisson le transforme en partie en fer non-héminique, celui des végétaux, qui est moins bien assimilé, sauf à consommer de la vitamine C.
    Conclusion : on trouve du fer en plus grandes quantités dans les végétaux (levure maltée, lentilles, pois chiches, quinoa mais pas tant dans les épinards !), et pour le rendre assimilable, les fruits sont nos alliés !

  • La vitamine B12 

    Cette vitamine, la Colabamine, permet à l'organisme de fabriquer des cellules et globules rouge, ainsi que le bon fonctionnement des cellules nerveuses et de celles qui composent le tissus osseux. Elle est donc indispensable à la croissance et à une bonne santé en général.
    Une carence en B12 n'est pas détectable immédiatement (notamment car elle est stockée dans le foie), mais elle peut avoir des conséquences graves.
    Cette vitamine se trouve essentiellement dans les abats des animaux, mais également dans les crustacés, les oeufs et le fromage. Cela ne semble donc pas vraiment poser question pour une alimentation végétarienne. Cela le devient pour l'alimentation végétalienne, c'est pourquoi il est recommandé de se supplémenter en B12.
    3 informations complémentaires sur la B12 :
       - la B12 est détruite par la chaleur. Or il est rare de manger des abats crus ! Les carences peuvent se produire même pour les personnes dont l'alimentation est carnée.
       - Le corps est capable de synthétiser de la B12, mais très bas dans l'intestin, donc cette dernière disparaît en grande partie dans les selles, ce n'est donc pas une ressource disponible.
       - Certains végétaux (consoude, algues, ...) contiendraient un type de vitamine B12, mais qui ne serait pas une forme assimilable.

    La supplémentation en B12 provient souvent en France de comprimés, mais dans les pays anglo-saxons, elle est mise à disposition dans certains aliments enrichis.


    La vitamine B12 | Dr. Schweikart

    La vitamine B12 (Cobalamine) provient de micro-organismes (bactéries) et du fait de son rôle essentiel pour la santé, reçoit parfois le sobriquet de „reine des vitamines". La cobalamine est un des co-enzymes essentiels qui participent au métabolisme de toutes les cellules reproductrices, notamment la formation des globules sanguins, des nerfs, du matériel génétique et du métabolisme des protéines.

    http://www.vitamine-b12.net

Pour conclure sur les risques de carence, certains disent qu'il faut être expert pour être en bonne santé avec une alimentation purement végétale. C'est exagéré, mais il est important de bien varier et équilibrer son alimentation (et ce, quel que soit le régime alimentaire d'ailleurs !), penser à la sensibilité de certains nutriments à la chaleur (d'où l'intérêt de l'alimentation crue), et s'assurer une source de vitamine B12 naturelle ou de synthèse.

A très bientôt pour la conclusion !

 

 

 

Posté par bbe38 à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Les motivations "santé" d'une alimentation végétale

 

jardin - 1

Il faut parfois, au début notamment, faire preuve d'une motivation forte pour adopter et conserver une alimentation végétale. Si on se cantonne à l'aspect santé de cette décision, quels arguments pouvons nous retenir ?


1/ Les apports d'une alimentation végétale

  • Richesse en fibres, minéraux, vitamines et anti-oxydants

    La richesse en fibres, minéraux, vitamines et anti-oxydants de l'alimentation végétale pousse à penser que son adoption diminue le risque de diabète de type 2, voire permet de mieux contrôler un diabète existant (effet de lissage des pics de glycémie).

    Il est intéressant de noter que l'association Diabète Quebec encourage ses membres, et les personnes diabétiques en général, à passer à une alimentation végétale pour mieux contrôler leur maladie, alors qu'on ne trouve rien de tel sur le site de la fédération des diabétiques en France (tout juste les diabétiques sont-ils encouragés à consommer plus de fruits et légumes ! (ce qui n'est pas vraiment étonnant, puisque la fédération se repose sur les recommandations du PNNS (Programme National de Nutrition Santé) dont l'impartialité semble laisser à désirer...

    Le végétarisme et le diabète

    Adopter une alimentation végétarienne bien structurée peut convenir à une personne diabétique et s'avère même bénéfique. Que vous considériez le végétarisme ou non, remplacer de temps à autre un repas de viande par des mets à base de

    http://www.diabete.qc.ca

     

    De plus, une alimentation riche en produits d’origine végétale est souvent conseillée dans le cadre de la prévention du cancer, notamment du fait de la richesse en fibres des légumineuses, qui serait utile pour lutter contre le cancer colorectal et les cancers gastro-intestinaux. Il s'agit des fibres naturellement présentes dans les fruits et légumes, et non de celles des suppléments alimentaires : inutile donc de se précipiter sur un régime riche en fibres, il faut rester à l'équilibre. De plus, la recherche évolue constamment sur le sujet, donc c'est un domaine pour lequel prudence et modération sont de mise...

    Alimentation - Réduire les risques de cancer | Institut National Du Cancer

    Alimentation - De nombreuses études ont mis en évidence l'influence des facteurs nutritionnels sur le risque de développer un cancer, même s'il reste des inc

    http://www.e-cancer.fr

     

    Quel rôle pour les légumineuses dans la prévention du cancer ?

    Accueil " Actualités " Quel rôle pour les légumineuses dans la prévention du cancer ? Mardi, 2 Février 2016 La " Food and Drug Organization " (FAO) des Nations Unies a déclaré 2016 'Année internationale des légumineuses'. Par ce geste, la FAO veut mettre en avant l'utilité de ce groupe d'aliments (lentilles, haricots, pois, etc.)

    http://www.cancer.be

     

2/ Les apports d'une baisse ou suppression des produits animaux : ce que cela nous évite d'ingurgiter !

Si les apports en soi d'une alimentation végétale font encore l'objet de recherches et discussions, les avis d'experts sont plus convergents sur les bienfaits du changement de comportement alimentaire que cela induit : aujourd'hui, il reste difficile de consommer des plats préparés uniquement végétaux, ce qui évite bien des problèmes ! De plus, la majorité de ces plats se trouvent dans les magasins bio, ce qui limite quelque peu les risques. Mais cela va-t-il durer ?

Voici quelques impacts positifs par défaut d'un passage conscient à une alimentation végétale :

  • Pathologies et autres indésirables liés à la consommation de viande

    Un rapport de la FAO datant de 2013 indique que les 70% des nouvelles maladies qui ont touché les humains dans les dernières décennies étaient d'origine animale. Le simple fait de ne pas consommer ces produits permet donc de diminuer notre exposition à ces éléments toxiques.

    Face à la hausse des maladies d'origine animale, il faut une nouvelle approche de santé

    16 décembre 2013, Rome - La croissance démographique, l'expansion de l'agriculture et l'essor de filières alimentaires mondiales ont considérablement modifié la façon dont les maladies apparaissent, franchissent les barrières d'espèces et se propagent, affirme un nouveau rapport de la FAO paru aujourd'hui, World Livestock 2013: Changing Disease Landscapes .

    http://www.fao.org

    Quelques noms "célèbres" de virus et bactéries pathogènes responsables de problèmes : Listeria, Salmonella, Campylobacter, Escherichia coli... Ces agents ne sont pas présents que dans les produits animaux, mais ces derniers sont des vecteurs qui facilitent leur diffusion.

    De plus, les animaux d'élevage sont très exposés aux antibiotiques, et même le site du ministère de l'agriculture alerte sur la consommation d'antibiotiques vétérinaires (tout en justifiant son utilisation massive : du fait des concentrations d'animaux, on applique une médecine de population et non d'individus => malade ou pas, tout le monde y passe ! ), et a adopté en 2011 un "plan d'action pour l'utilisation raisonnée des médicaments vétérinaires". Ce même site officiel expose également l'impact en domino sur la santé humaine.

    Questions / réponses : les antibiotiques à usage vétérinaire et l'antibiorésistance

    Les antibiotiques sont des médicaments capables d'entraîner la destruction (effet bactéricide) ou l'arrêt de la multiplication (effet bactériostatique) des bactéries. Un grand nombre d'antibiotiques sont des molécules naturelles, fabriquées par les micro-organismes eux-mêmes : des champignons ou d'autres bactéries. Ils les produisent pour éliminer les bactéries concurrentes avec lesquelles ils sont en compétition dans leur biotope.

    http://agriculture.gouv.fr
  • Le mercure

    Pour l'OMS, le mercure est l'un des 10 produits chimiques les plus préoccupants pour la santé, et il arrive dans l'alimentation humaine par le biais du poisson et des crustacés. Plus le poisson est gros et gras, plus il est susceptible d'avoir une forte teneur en mercure. En effet, le mercure n'étant pas éliminé par le corps, il s'accumule. Côté santé, c'est sur le système nerveux qu'il a un impact négatif.

    L'article de l'OMS indique que le mercure est naturellement présent dans l'écorce terrestre, mais que la principale cause de libération dans l'environnement sont les activités humaines : centrales électriques au charbon, utilisation domestique de ce minerai pour le chauffage et la cuisine, processus industriels, incinérateurs de déchets et extraction minière du mercure, de l’or et d’autres métaux.
    Ce dernier point me donne l'occasion de sortir de l'objet initial de cet article pour vous dire qu'il y a actuellement en Creuse un risque non négligeable d'ouverture de nouvelles mines d'or, notamment sur la commune de Lussat, juste à côté de l'étang des landes, espace naturel que certains d'entre vous ont eu l'occasion de venir visiter. La Cominor a obtenu un permis de prospection, et bien que les habitants et citoyens aient donné un avis négatif, c'est l'état qui tranchera sur la suite. Pas rassurant pour l'écologie...et la santé !

    Mercure et santé

    Le mercure est un élément présent dans la nature que l'on retrouve dans l'air, l'eau et les sols. L'exposition au mercure, même à de petites quantités, peut causer de graves problèmes de santé et constitue une menace pour le développement de l'enfant in utero et à un âge précoce.

    http://www.who.int

    Cet aspect nous fait relativiser les "bienfaits" de la consommation de poissons, dont la cuisson détruit en partie les précieux oméga-3, mais pas le mercure... Pour y pallier, la consommation de graines de lin, de chia voire de chanvre (disponibles dans tous les magasins bio, elles se glissent dans vos gâteaux, saupoudrent vos salades...) apporte ce qu'il faut en omega-3. Et en ce qui concerne le phosphore souvent associé avec le poisson, on le trouve en plus grande quantité dans les lentilles, les graines de courge ou de tournesol ! 

  • Les maladies cardio-vasculaires

    Le fait de consommer peu ou pas de viande a un effet sur les facteurs de risque des maladies cardio-vasculaires : baisse de la pression sanguine, du taux de lipides et de glucose sanguin. Le taux de cholestérol est également plus bas chez les végétariens et encore plus chez les végétaliens.


    Santé: Être végétarien réduit les risques de maladies cardiovasculaires

    SANTÉ - Manger du boulgour, ça ne fait pas rêver mais pourrait bien vous sauver la vie. Être végétarien réduirait de 32% le risque de maladies cardiovasculaires comparativement aux personnes consommant de la viande et du poisson, selon une vaste étude menée au Royaume-Uni et publiée mercredi 30 janvier aux États-Unis.

    http://www.huffingtonpost.fr

 

  • Charcuterie aux nitrites

     Ce n'est maintenant plus un secret pour personne que la consommation de charcuterie présente des risques, tant du fait de la richesse en matières grasses saturées de ces produits, que du fait des procédés industriels utilisés, notamment en France : en effet, certains pays ont commencé à faire évoluer leurs pratiques, notamment sur l'utilisation des nitrites, mais ce n'est pas le cas chez nous.

    Les dangers de la charcuterie bourrée de conservateurs !

    Sur France 2, l'émission " Cash Investigation " s'est donné pour mission de révéler ce que l'on souhaite cacher. Cette semaine, elle a mené l'enquête sur la fabrication du jambon. Pourquoi le jambon est-il rose ? Pourquoi a-t-il la réputation d'être bon pour les enfants ?

    http://genie-alimentaire.com

     

    E250 - Nitrite de sodium - Conservateurs - ADDITIF ALIMENTAIRE - Webadditifs

    Grand guide des additifs alimentaires. Lesquels sont dangereux? Lesquels sont hallal? Un blog pour decripter les étiquettes. Vous pouvez déposer vos commentaire et parler des dangers des additifs.

    http://www.les-additifs-alimentaires.com

     

    Nitrite de Sodium E250 - Les 5 dangers de cet additif alimentaire

    Le nitrite ou le nitrate de sodium (E250) présente-t-il un danger pour la santé ? Si oui, quels sont les maladies associées à la consommation régulière d'aliments contenant de cet additif alimentaire ?

    http://dangereux.fr

    Certes, nous avons été habitués à certaines gammes de couleurs pour chaque produit, mais ce sont des sujets sur lesquels il est possible de travailler pour faire évoluer les perceptions. Et en attendant, une baisse voire suppression de leur consommation semble toute indiquée.

Les motivations liées à la santé sont rarement celles qui nous font passer à l'action (il n'y a qu'à regarder le cas de la cigarette ou de l'alcool...), mais autant voir ce côté positif des choses !
Pour certaines personnes, cela commence à compter lorsque les premiers signes de problèmes apparaissent. Un exemple célèbre de cette situation est le cas de Bill Clinton (les détails sont faciles à trouver sur le web si vous ne connaissez pas la petite histoire...)
Assez étrangement, il me semble que ce sont les motivations altruistes qui sont le plus facteur de changement, mais cela sort du cadre de cet exposé...

A bientôt pour la suite...

Posté par bbe38 à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Alimentation végétale et santé : quelques définitions et préalable

Bonjour,

légumes - 1 (2)

Alors, je vous l'ai dit il y a quelques jours, je suis en train de préparer une petite intervention pour la prochaine édition d'Alternatiba en Limousin. 
Comme cela m'a conduit à potasser un certain nombre de choses, je me suis dit que tant qu'à faire, autant vous en faire profiter aussi, même si je prends le risque d'en perdre certains. J'espère qu'ils voudront bien me le pardonner.

J'ai 4 publications sur le sujet (cette intro, 2 parties et la conclusion), et après, promis, je reviens au jardin et à nos activités maraîchères, culinaires ou apicoles... Je vais vous les envoyer à quelques heures d'intervalle.

Le sujet de mon intervention est de faire le lien entre santé et alimentation végétale, et il sera suivi d'une intervention sur l'alimentation crue et le jeûne.

Pour commencer, quelques définitions (hyper simplifiées !): 

Végétarisme : alimentation qui ne consomme pas directement d'animaux : ni viande, ni poissons. Mais les oeufs, le lait, le fromage sont acceptés.

Végétalisme : alimentation qui ne consomme pas de produits d'origine animale : ni viande, ni poissons bien sûr, mais pas non plus d'oeufs, de produits laitiers, de miel...

Véganisme : Mode de vie, système de pensée qui refuse l'exploitation animale sous toutes ses formes. Cela ne se limite donc pas à l'alimentation, mais concerne aussi les vêtements, les produits d'hygiène et cosmétiques, les produits d'entretien...

Je précise que dans la suite de mon propos, je pars toujours du principe que l'on s'approvisionne avec des produits bio. En effet, je crois que l'on peut tout à fait consommer de la malbouffe végétale [1] !

Ici, le propos est d'aller vers une alimentation consciente et choisie : on sélectionne les produits que l'on accepte de consommer ou non, et pour ceux de l'on consomme, on se renseigne pour ne pas acheter à l'aveugle. Il ne suffit pas d'acheter du bio !
Le choix du bio n'est pas forcément une garantie à toute épreuve (qui n'a pas entendu parler des saumons bio qui contiendraient plus de mercure que les saumons sauvages [2] ? De plus, toutes les marques du bio industriel (ces mots vont mal ensemble, non ?) n'ont pas forcément d'engagements en termes d'éthique humaine et écologique [3]. Tous les produits bio ne se valent pas.

Mais il me semble que le bio est aujourd'hui le moins pire des choix pour la santé, avec une attention particulière pour les productions locales. Bio (avec ou sans étiquette) et local, c'est le pied !

Avant d'aller plus loin, il me semble honnête de préciser que mon alimentation actuelle est un peu plus que végétarienne, mais pas végétalienne puisque nous consommons les oeufs maison, du miel, et certains fromages. La santé n'est pas à l'origine de ma motivation dans le choix de cette alimentation, mais j'ai régulièrement l'occasion de me réjouir de ne plus être exposée à certains problèmes comme le cheval qui se prend pour du boeuf, ou les oeufs au fipronil !
Le partage de cette recherche alimentaire n'a pas pour but de convertir quiconque, vous êtes bien assez grands pour faire vos choix et les assumer !
Si ça peut tout au plus piquer votre curiosité, c'est intéressant, car il faut que l'on soit nombreux à s'interroger pour que les informations deviennent disponibles de façon plus transparente et argumentées. 
En effet, on trouve tout et son contraire sur le sujet, tant dans la littérature que sur le web, et il est parfois difficile de faire le tri et de déterminer qui donne les informations les plus fiables. J'ai essayé de sélectionner des sources crédibles.

J'ai fait dans les 2 articles à suivre des sélections et des zooms sur certains points, mais je suis persuadée qu'en matière de santé comme pour beaucoup de choses (comme le jardin notamment), il faut penser globalement, en système : il ne sert à rien d'en faire trop sur certains aspects si cela nous conduit à en négliger d'autres. L'exercice consiste à trouver un point d'équilibre...

 ----

[1] On trouve par exemple du sirop d'agave chez les hard discounters, qui est loin de ne contenir que du sirop d'agave ! Et les vinaigres balsamiques de "grandes marques" non bio contiennent majoritairement le colorant E150 (celui qui en plus de donner la couleur caramel pourrait contenir des résidus toxiques, voir cancérigènes)

Colorant E150b - Caramel II - procédé au sulfite caustique, Caramel de sulfite caustique

Informations compilées sur l'additif alimentaire E150b (Caramel II - procédé au sulfite caustique, Caramel de sulfite caustique), toxicité, caractéristiques et composition.

http://www.additifs-alimentaires.net

[2]

Le saumon bio est-il plus toxique que le conventionnel ?

A l'approche des fêtes de fin d'année, 60 millions de consommateurs a mené une enquête sur le poisson préféré des français: le saumon. Selon l'association, c'est un véritable carton rouge pour le saumon bio en l'occurrence. Y a-t-il vraiment raison de s'i

http://www.bioalaune.com

[3]

L'industrialisation du bio

Avec un chiffre d'affaires qui a augmenté de 19% en 2009 pour les produits bio, le secteur a le vent en poupe. Longtemps délaissé par les supermarchés et les industriels car considéré comme marginal, le bio est devenu pour eux incontournable. Le problème est que nous sommes face à une industrialisation du bio.

https://www.dangersalimentaires.com

 

Posté par bbe38 à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 juin 2017

Vive la délocalisation !

Voilà un titre qui va en surprendre plus d'un(e) venant de moi ;-))

Explication en images : Voici la plaque je nous avons découverte au détour d'une ballade à Crozant :

Délocalisation - 1

 

Un centre d'appel ! Bon, j'avoue, je ne suis pas rentrée, je ne sais pas comment est l'ambiance dedans, ni quel logiciel ils utilisent... mais le cadre me semble plutôt sympa ! En cas de coup dur, peut-être que je pourrais me reconvertir ! (mouais, il faudra que le coup soit vraiment dur...)

 

Délocalisation - 2

 

Au passage, Crozant a donné son nom à un mouvement de peinture, "l'école de Crozant". C'est un endroit où la Creuse est particulièrement belle, et on a croisé un groupe de peintres amateurs, avec leur "maître". Les ruines du château étaient joliment mises en couleur.

Bonne journée à tous,

Béné

Posté par bbe38 à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 juin 2017

Tadam !

Ca y est, on vient de manger nos 2 premières tomates !

tomates - 1 tomates - 2

Voilà quelques jours qu'elles finissaient de mûrir dans la serre. Mais je crois qu'il va falloir attendre un certain temps avant de manger les suivantes, car elles sont encore bien vertes ! Idem pour celles qui sont en pleine terre. 

Et pour les accompagner, j'ai préparé 2 petits artichauts violets.
Résumé en 3 images : sur pied, avant préparation, et après un petit passage aux ciseaux, car je l'avais oublié, mais un artichaut, ça pique ! Il y a une pointe au bout de chaque feuille !

artichaud - 3artichaud - 1artichaud - 2

 

Je crois qu'on va en planter plus pour les années à venir !

Bon appétit !

Béné

Posté par bbe38 à 12:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


03 juin 2017

And the winners are...

Titi, Patricia et Benjamin !

Comment ça, vous ne voyez pas à quoi je fais référence ?

Mais si voyons, si je vous dis 100 arbres... en mars... Et bien le moment de faire le point est venu, et le verdict est tombé !

Ca faisait longtemps que je n'avais pas fait un petit graphique ! 

Capture d’écran 2017-06-03 à 10

Alors, pour résumer, notre taux de résussite est de 23%, essentiellement sur les pommiers. Emportés par l'enthousisme, nous avons zappé d'identifier une petite vingtaine de greffe, et comme l'une d'elles a prise, ce sera la surprise ! 
En fait, il y aurra plus d'une surprise, car la plupart du temps, nous savons d'où viennent les greffons, mais pas à quelle variété ils correspondent !

Il y a une petite dizaine d'arbres pour lesquels l'aventure s'arrête là, mais les autres ont bien repris et pourront rejouer l'année prochaine (porte-greffe survivant signifie que la greffe n'a pas marché, mais que l'arbre a fait des branches en dessous) !

Bon, sinon, une semaine pas spécialement fun, en formation, avec cependant quelques clins d'oeil du passé : présentation des études de marché, et ce qui m'a le plus surprise, des "règles de l'art" de la relation multicanal !

cci - 1cci - 2

Au secours, je ne suis pas partie assez loin !!!

Bises

Béné

Posté par bbe38 à 14:11 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 mai 2017

Et RE-merci !

Bonsoir,

Changement de thème pour cette 2eme journée de stage. Mission du jour : concocter un repas à base de plantes sauvages.

Si certaines plantes m'étaient connues, ce n'était pas encore le cas de la lampsane (photo), ainsi que du laiteron.

ste marthe - 1 (2)

Lors de la cueillette dans le jardin Mandala, petit tour dans la magnifique collection de Bonsaï de Yohann. On ne voit pas bien, mais il a vraiment des arbres superbes. C'est un vrai passionné de l'arbre.

2017 05 21 Ferme sainte marthe 52451

Au menu, nous avons préparé les fameux beignets de consoude : ça faisait un moment que je voyais la recette dans mes livres, mais le mot friture m'y avait fait renoncer. (je ne dis rien du goût, ce sera une surprise pour ceux qui y goûteront un jour...)

2017 05 21 Ferme sainte marthe 52465

Puis quiche à la consoude, pesto de plantain, chèvre frais aux fleurs de consoude, tarte amaranthe aux tomates séchées (là aussi, bonne révision, car la moitié de ma cueillette était fausse !), crêpes de sarrasin aux chénopodes, accras d'amaranthe...

et pour finir, cake chocolat-orties !

2017 05 21 Ferme sainte marthe 52479

On était tellement au plaisir de manger, qu'on a oublié de faire les photos ! mais cela vous donne une idée de la diversité des plats...

Ensuite, mais pas tout de suite après car on a un peut trop mangé je crois (!!!), petit tour des outils du jardin, essayage des biobêches, avec comparaison à la Grelinette. Puis retour en salle pour évoquer les purins (euh, pardon, les extraits fermentés !), décoctions, infusions... de plantes, à l'eau de pluie et non dans l'alcool de fruit ! (ça sera pour un autre stage !), et les associations de plantes.

On a pas résisté aux petits minous, pas bien vieux...

ste marthe - 2 (2)

ste marthe - 3 (2)

Encore une très belle journée, avec un petit groupe sympa et un guide-jardinier (Hervé Valoteau) vraiment super.

Au passage, on s'est rendu compte qu'on est déjà devenus chauvins : la Creuse, c'est vachement mieux que la Sologne ! Les paysages sont beaucoup plus ouverts, les passages en forêt bien plus lumineux... et même s'il y a des chasseurs, on n'entend pas les tirs des braconniers dès l'aube ! (il paraît que c'est le sport local, mais on en sait pas plus. Le concept ne nous attire pas particulièrement...)

Bonne semaine à tous !

Et cette semaine, moi aussi je pars bosser à la ville : un mois de stage CCI sur la création d'entreprise. Un beau programme en perspective, même si ça va me manquer de passer du temps au jardin je crois. Mais je serai peut-être moins fatiguée, alors plus dispos pour vous présenter les photos du jardin que je vous ai préparées...

A bientôt,

Béné

Posté par bbe38 à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 mai 2017

Merci les collègues !

Bonsoir,

Ce message commence par un grand merci, à tous mes "anciens" collègues qui m'ont offert un très beau et pertinent cadeau de départ : franchement, ça vaut le coup de partir ;-)) ! On peut revenir pour repartir ????

Alors pour partager un peu, je vais essayer de vous raconter ça par le menu (et vous allez voir que le mot n'est pas choisi par hasard...).

Tout à commencé hier soir : petit tour pour saluer les chats (sniff, c'est dur de les laisser), les poules, et les ânes confiés par les voisins pendant leurs vacances, ouvrir la serre et les châssis, vérifier que personne ne manque d'eau. Heureusement, il devrait faire beau mais pas trop chaud, c'est cool.

Puis départ, direction la Sologne. C'est la 1ere fois que nous y mettons les pieds. Il y a 2 heures de route, direction Paris. C'est une région très différente de notre Creuse d'adoption que nous découvrons, avec ses forêts et ses étangs. Une impression très différente du paysage de haies auquel nous nous sommes très vite habitués.

Nous dormons dans une chambre d'hôtes, dans une authentique locature Solognote. J'avoue, je ne connaissais pas la signification précise du mot locature avant ce matin et les explications de notre hôtesse. En fait, c'est une ancienne matairie, maison habitée par les métayers qui travaillent la terre sans en être propriétaires. Dans un parc-forêt de plus de 4 hectares, avec un petit étang.

ste marthe - 2 (1)

ste marthe - 3 (1)

Nous avons fait un petit tour le soir même : le sol ressemble à un épais tapis dans lequel on s'enfonce un peu (mais on est maintenant équipés de bottes !). Je pense que même quand il ne pleut pas, ça reste relativement humide. Puis nous sommes arrivés sur l'étang, à la tombée de la nuit. Au premier plan, les iris d'eau, avec de magnifiques fleurs jaunes. Au second plan, l'étang avec une légère brume qui s'élève devant la forêt. Et pour que le tableau soit complet, ajoutez le croassement des grenouilles, et d'autres sons étranges que nous n'avons pas su identifier, mais qui donnaient au tableau une ambiance très forte, pas vraiment rassurante... Limite, on s'attendait à voir disparaître dans l'eau le fantôme d'une dame blanche... (et pourtant, vous savez que je ne suis pas portée sur la poésie ! Parfois un peu sur la bonne bière, mais pas ce soir là ! )

Le lendemain, lever aux aurores pour aller faire quelques photos, dont voici le résultat, forcément bien inférieur à la réalité.

ste marthe - 1 (1)

Ensuite, petit déj copieux, et départ pour la Ferme de Sainte Marthe, où Hervé Valoteau nous attend avec un petit groupe pour cette formation jardinage bio et plantes sauvages. Le matin, on parle du sol : comment le maintenir vivant, l'amender et en prendre soin. C'est l'occasion de poser des questions sur nos 2 premiers mois de pratique. 

A midi, super repas bio et végétarien, que je vous résume en images :

ste marthe - 1ste marthe - 2ste marthe - 3

Très beau et très bon ! Je note les idées pour le resto. Ce qui est chouette, c'est que je sais faire les différents éléments, mais qu'il faut que j'aprenne à les mettre en valeur : c'est pas tombé dans la photothèque d'une aveugle !

L'après-midi, on visite le jardin Mandala de la ferme. C'est l'un des plus grands de France : 4000m2. En résumé, c'est un jardin en cercle, dont les entrées aux 4 coins cardinaux représentent les différents éléments : la terre pour les légumes racines, l'eau pour les légumes feuilles, le feu pour les légumes fruits... je simplifie à l'extrême ! Mais il est clair qu'il se dégage un sentiment très apaisant dans ce beau jardin, qui ne manquera pas de nous inspirer...

ste marthe - 4

Beaucoup d'échanges et de questions, qui nous entraînent jusqu'à 19h passé !

Et je vous passe le petit repas dans Romorantin, charmante petite ville de pierre et d'eau.

Merci, et à demain pour la 2eme journée ...

Bises

Béné

Posté par bbe38 à 23:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 avril 2017

Il neige !

Bonjour à tous,

Mais non, c'est pas vrai, c'était hier qu'il neigeait. Mais de la neige fondue hein, on a pas eu besoin de sortir les skis de fond pour aller se ravitailler !

Voici quelques infos de par ici :

oeuf cane - 1

 

D'abord, j'ai envie de vous montrer ce que les poulettes, qui se sont remises de leur choc post-traumatique, nous ont offert, comme si elle voulaient rattraper le temps perdu : un oeuf de cane !

Non, ce n'est pas une blague, il n'y a pas de trucage !

Côté poules, il n'y a plus qu'un soucis : la Grisette qui ne veut plus quitter le nid ! Du coup, comme malgré le nombre de nichoirs, elles veulent toutes pondre au même endroit, on les retrouve parfois empilées les unes sur les autres ! 

Et il faut aller chercher les oeufs sous la Grisette, qui manifeste son mécontentement, malgré nos caresses !

 

Ensuite, je vous montre un peu les fraisiers (ceux de dehors, car ceux de la serre, vous les avez déjà vus, et la seule différence, c'est qu'on a mangé les 3 fraises : excellentes !):

Avant

Pendant

Après

oeuf - 5 oeuf - 6 oeuf - 7

 

Avant : C'est un peu la jungle ! Le paillage de l'an passé s'est intégré dans le sol, et on ne les voit plus trop.

Pendant : Une veille polaire rouge a fait les frais de l'opération fraisiers ! Pourquoi ? Parce qu'on a lu dans un livre que les fraises murissaient plus vite et avaient plus de goût si elles étaient sur un paillage rouge. Ca vous semble farfelu ? A nous aussi !

Mais j'avais une vielle polaire rouge que je ne pouvais plus voir en photo, alors l'occasion était trop belle de faire une pierre 2 coups ! (c'est très permaculturel, ça :-)

Après : Le nouveau paillage est mis en place : à défaut de foin que nous n'avons pas encore trouvé, on a fait sécher l'herbe coupée entre les parcelles cultivées.

Pour l'instant, c'est plein de fleurs, il va encore falloir patienter. 1 mois ?

Voilà, je m'arrête là pour aujourd'hui, sinon mon burndown chart (1) va être lamanentable à la fin de la semaine !

A demain pour le menu du vendredi !

Béné

(1) : explications à venir dans un prochain message !

Posté par bbe38 à 11:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 mars 2017

2 mois de suspens... ou 3 !

Bonjour et bienvenue aux arrivés de mars !

Mi-mars, nous avons rejoint Walter et le groupe Permaculture Creuse pour une séance d'initiation au greffage des arbres. 

Belle occasion également pour découvrir la pépinière permacole de Walter, Atmosvert. Quelques images :

La 1ere étape : se protéger le pouce ! Puis tailler le greffon...

IMG_7306IMG_7305

les mettre en contact, puis les "scotcher" au buddytape...dans le porte-greffe préalablement fendu !

IMG_7372IMG_7400

IMG_7411

De retour à la maison avec notre centaine de scions, il nous a fallu 2 jours pour trouver le courage de nous attaquer à la tâche...et mardi matin, ça y est, on s'est lancés.

table

J'en profite pour remercier Dominique (notre Titi !), Sylvain, Benjamin, Patricia et Christophe, Maria qui nous ont généreusement alimentés en greffons divers et variés. Et Perrine pour les photos ! Sans oublier Walter pour l'achat des scions et la mini-formation !

pépinière

En gros, ça nous a pris de 8h30 à 17h pour greffer tout ce petit monde, et encore 3 heures pour planter tout ça en "pépinière" puis couvrir de paille (pratique la maison en paille pour se fournir en matière première ;-))

 

Au final, à 21h, Laurent finissait de vider les derniers arrosoirs à la frontale...et dans 2 mois, on devrait savoir si les greffes ont marché ou non... A vrai dire, je ne sais même pas combien on a fait de greffes pour chaque variété, et je n'ai pas encore trouvé le temps d'aller compter...

Je ne détaille pas plus les gestes du greffage en lui même, je trouve que c'est prétentieux tant qu'on ne connaît pas notre taux de réussite, ou d'échec, c'est selon... mais c'est une belle expérience, même si c'était vraiment dur de choisir, à la fois les porte-greffes, et ensuite les greffons. Avec le peu de recul qu'on a, il me semble que c'est quelque chose à faire posément, en sachant ce qui se cache derrière les différents porte-greffes et en sélectionnant vraiment les greffons. Pour le coup, on a tout fait à l'aveugle !

On ne sait même pas vraiment où on va planter les arbres qui auront repris : dans la prairie attenante à la maison, ou dans le pré un peu plus loin ? L'idée initiale était de créer une haie nourricière, mais ce sera peut-être plutôt un jardin forêt. La pépinière nous donne un peu de répit pour y réfléchir... 

Je vous souhaite une bonne semaine !

Béné

Posté par bbe38 à 21:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,